FESTIVAL DE CANNES 22 mai

The Apprentice d’Ali Abassi

Ali Abassi, 45 ans est un réalisateur et scénariste danois d’origine iranienne. The Apprentice est son 5ème film. Il est connu pour Border qui a obtenu le prix Un certain regard à Cannes en 2018, et Les nuits de Mashhad qui a été en sélection officielle à Cannes en 2022. C’est donc son troisième passage au festival.

Synopsis : Véritable plongée dans les arcanes de l’empire américain, The Apprentice retrace l’ascension vers le pouvoir du jeune Donald Trump grâce à un pacte faustien avec l’avocat conservateur et entremetteur politique Roy Cohn.

« The Apprentice » est le nom d’un show de téléréalité produit et animé par Donald Trump, mais cette fois c’est lui le personnage principal. Nous sommes à New-york au cours des années 1970 et 1980. Le film comprend deux parties. D’abord les débuts de Trump, tel qu’il a été façonné par l’avocat Roy Cohn, puis la manière dont Trump a bâti son empire immobilier. Celui qui a façonné Trump alors qu’il était encore un jeune adulte est un être puissant, diabolique, méprisant, roublard, cassant, impitoyable qui a pour haut fait d’avoir envoyé les époux Rosenberg à la chaise électrique et qui a de nombreux clients parmi les pontes de la mafia. Il a appris à celui qu’il a pris sous son aile trois principes de vie que l’élève a parfaitement intégrés : un, l’attaque comme stratégie politique, deuxtoujours nier la vérité, troisne jamais reconnaître ses échecs et s’afficher toujours vainqueur. Des principes qui résonnent tragiquement aujourd’hui. Devenu un personnage cynique et impitoyable, sans aucune compassion à l’égard de quiconque, il jette cruellement son mentor malade et au seuil de la mort lorsqu’il ne peut plus lui servir, ainsi que son frère ainé en détresse qu’il méprise parce qu’il n’a pas réussi dans sa vie. Pour lui il n’y a que deux catégories de personnes : les tueurs et les losers. On imagine de quel côté il se place ! Ce film démontre parfaitement comment Trump a toujours été façonné par les autres, et provoque un malaise, comment une telle marionnette a pu arriver là où il a été. Un film bien mené sur une quinzaine d’années où l’on voit progressivement l’acteur prendre les tics et les manières de celui que l’on connaît aujourd’hui ; plaisant à regarder malgré, ou à cause, de la gravité du sujet.

FESTIVAL DE CANNES 21 mai

Emilia Perez À 72 ans Jacques Audiard, scénariste et réalisateur français bien connu, est un réalisateur multi primé à Cannes dont une Palme d’or pour Dheepan en 2015. Emilia Perez son 10ème long métrage est en compétition officielle. On est au Mexique. Rita est une avocate talentueuse exploitée par son employeur. Mais une porte de sortie inespérée s’ouvre à elle : le chef de…

FESTIVAL DE CANNES 20 mai

Paul Schrader est un scénariste et réalisateur américain de 78 ans. Oh, Canada est son 24ème long métrage. Il a été en sélection officielle en 1988 pour Pathy Hearst. Dans Oh, Canada en compétition officielle le réalisateur adapte un roman de Russell Banks, décédé l’an dernier. Un documentariste canadien célèbre et célébré, Léonard Life, accorde une ultime interview à ses anciens élèves, qui veulent…

FESTIVAL DE CANNES 19 mai

Kinds of kindness Yorgos Lanthimos est un réalisateur et dramaturge grec bien connu du festival de Cannes. Il a obtenu le Prix Un certain regard pour Canine en 2009, le Prix du Jury pour The Lobster en 2015 et le prix du scénario pour Mise à mort du cerf sacré en 2017. Il présente en sélection officielle Kinds of Kindness Kinds of Kindness…

FESTIVAL DE CANNES 18 mai

La jeune fille à l’aiguille Magnus von Horn est un jeune réalisateur et scénariste suédois de 40 ans. La jeune-fille à l’aiguille est son 3ème long métrage. Résumé : On est à Copenhague en 1919. Karoline, une jeune ouvrière, lutte pour survivre. Alors qu’elle tombe enceinte, elle rencontre Dagmar, une femme qui dirige une agence d’adoption clandestine et l’aide à se…